Thèse 2010 Anne Cazemajou

Le travail de yoga en cours de danse contemporaine : Analyse anthropologique de l’expérience corporelle

Anne Cazemajou

Thèse sous la direction de Georgiana WIERRE-GORE a soutenu sa thèse le 29 novembre 2010 à 14h30 à la MSH de Clermont-Ferrand, devant un jury composé de :

  • M. Marie-Joseph BIACHE, Professeur des Universités 74ème section, Université Blaise Pascal, Clermont Université.
  • Mme Isabelle GINOT, Rapporteur, Professeur des Universités 18ème section, Université Paris 8, Saint-Denis.
  • Mme Andrée GRAU, Professor of the Anthropology of Dance, Roehampton University London
  • M. Michael HOUSEMAN, Rapporteur, Directeur d’études, EPHE, 5e section, Paris.
  • M. Pierre VERMERSCH, Chargé de recherche au CNRS, Psychologie, IRCAM Paris.
  • Mme Georgiana WIERRE-GORE, Directrice, Professeur des Universités 20ème section, Université Blaise Pascal, Clermont Université.
résumé

Cette recherche s’intéresse au travail de yoga, tel qu’il est enseigné à des adultes amateurs dans le cadre de l’enseignement de la danse contemporaine de Toni D’Amelio, à l’école Peter Goss (Paris 10e). C’est la nature de l’expérience corporelle vécue par les élèves ainsi que les modalités de sa construction qui font l’objet de cette analyse. Ancrée dans une approche anthropologique, elle se caractérise par l’utilisation de la technique de l’entretien d’explicitation – méthodologie inédite dans la recherche en danse – pour interroger l’expérience subjective des acteurs.

Les propos des élèves ont fait émerger le rôle central des consignes, ainsi que la manière dont ce travail de yoga s’articule autour d’un « dispositif savant », qui cristallise pour les élèves l’idée d’un savoir adéquat. Or, ce dispositif s’est avéré insuffisant pour expliquer la nature de l’expérience corporelle qu’il produit. L’étude met ainsi en évidence la manière dont ce dispositif est concrètement mis en œuvre et dont les consignes fonctionnent, dans la pratique, comme « embrayeurs d’action et de perception ». Enfin, l’analyse montre comment la parole de l’enseignante, à l’insu pour ainsi dire des élèves et d’elle-même, crée un véritable enchantement du dispositif.

Mots-clés
  • danse contemporaine
  • yoga
  • expérience corporelle
  • transmission
  • entretien d’explicitation
abstract

This research focuses on the work of yoga, as taught to amateur adult pupils in the context of the contemporary dance teaching of Toni D’Amelio, at the Peter Goss school in Paris. It is the nature of this corporeal experience as lived by the pupils, as well as the modes of its construction, which form the subject of this analysis. Grounded in an anthropological approach, this analysis is characterized by the use of the explicitation interview to investigate the subjective experience of the pupils.

The central role of the teacher’s instructions emerged from the pupils’ own words, as well as the way this yoga work is articulated around a scholarly “apparatus”, which crystallizes for the pupils the idea of an adequate knowledge. However, this “apparatus” proved insufficient to explain the nature of the corporeal experience it produces. The study thus underscores the way this “apparatus” is brought into play and the way the instructions function as triggers for action and perception. Finally, this analysis demonstrates how the speech act of the teacher, without either the pupils’ or her own knowledge, creates a real enchantment of the “apparatus”.

Key words
  • contemporary dance
  • yoga
  • corporeal experience
  • transmission
  • explicitation interview