Thèse 2016 Emily Darlington

Vers une compréhension des modalités d’implantation des dispositifs d’éducation et de promotion de la santé : Conceptualisation du processus d’implantation, et analyse des facteurs intervenant dans l’effet des programmes

("Understanding implementation of health promotion programmes : Conceptualization of the process, analysis of the role of determining factors involved in programme impact in school settings")

Emily Darlington

sous la direction de Didier Jourdan et Carine Simar

a soutenu sa thèse le 9 décembre 2016

devant le jury :

  • Didier JOURDAN, Professeur des universités, ACTé, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand (Directreur)
  • Carine SIMAR, Maître de conférence, ACTé, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand (Co-Directrice)
  • Dominique BERGER, Professeur des universités, HESPER, Université Claude Bernard Lyon 1
  • Venka SIMOVSKA, Professeure, DPU Université d’Aarhus, Danemark (Rapporteur)
  • Graça SIMOES CARVALHO, Professeure, CIEC-UM, Université de Minho (Portugal)
Résumé

La mise en œuvre de programmes de santé publique complexes est particulièrement délicate en milieu scolaire. Des différences sont fréquemment observées entre ce qui était attendu du programme et ce qui en résulte en réalité. Ces différences sont dues à un certain nombre de facteurs contextuels, en lien avec les caractéristiques propres du milieu, de la communauté et des acteurs concernés. Développer des programmes de prévention efficaces, implique de prendre en compte l’impact de ces facteurs sur le processus d’implantation des projets. Par conséquent, il convient de s’intéresser à deux questions majeures : la première est celle de la transférabilité des programmes, dont les effets sont difficiles à prévoir dans une telle variabilité contextuelle. La seconde question concerne la généralisation à l’échelon régional ou national de la mise en œuvre de tels programmes de prévention en milieu scolaire qui, loin d’être une évidence, est également sujette à de nombreux déterminants variables en fonction des situations.

Alors que l’implantation et la mise en œuvre des programmes est un champ largement investigué dans le soin comme dans le management, il s’agit d’un champ de recherche en expansion dans le domaine de la prévention, de l’éducation à la santé et de la promotion de la santé. Cette thèse propose de s’intéresser aux modalités d’implantation des programmes avec un objectif double : une visée épistémique par une réflexion théorique sur les concepts à mobiliser, puis une confrontation empirique de cette approche dans trois études ; une visée transformative s’appuyant sur des propositions d’opérationnalisation de notre approche. Chaque étude contribuera à explorer et expliciter un aspect de l’implantation : des processus générés, aux effets observés, en prenant en compte les facteurs déterminants en jeu.

Les résultats de ce travail mettent l’accent sur le fait que les caractéristiques initiales des différents contextes ont un impact majeur sur le processus d’implantation, à différents niveaux de mise en œuvre. Les interactions entre les facteurs sont complexes, elles s’inscrivent dans des boucles d’action-rétroaction. L’introduction d’un programme dans un contexte peut agir comme un révélateur de certaines conditions favorables ou défavorables, un élément perturbateur imposant de nouvelles contraintes, ou, au contraire, un nouvel élan stimulant la motivation des équipes. Il apparaît que les programmes sont « instrumentalisés » par les acteurs pour servir leurs propres objectifs en fonction des conditions de départ.

Il s’agit par conséquent de questionner le statut et le potentiel des programmes implantés au sein de contextes d’une extrême complexité. Nous ne prônons pas un changement de paradigme, mais plutôt un déplacement du curseur d’une focalisation sur l’amélioration de la fidélité avec laquelle les programmes sont mis en œuvre, vers un ancrage fort dans les différents contextes. Cette stratégie nous semble particulièrement adaptée à une démarche de réduction des inégalités sociales de santé. Dans cette perspective, nous proposons l’élaboration de « patterns » d’implantation sur la base d’une analyse détaillée des éléments déterminants préexistant dans les contextes considérés. Pour développer cette approche, il est nécessaire de poursuivre les recherches afin d’analyser les combinaisons de facteurs contextuels dans différents types d’écoles comme dans d’autres milieux.

Mots-clés
  • Modalités d’implantation
  • Programmes d’éducation et promotion de la santé
  • Conceptualisation du processus
  • Facteurs contextuels
  • Effets des programmes