Thèse 2015 David Authier

Approche didactique de l’éducation thérapeutique du patient diabétique à travers l’étude des conceptions des soignants et des patients. Analyse dans deux contextes socio-culturels différents : le département du Cher et le département de l’île de La Réunion

David Authier

sous la direction de Dominique BERGER et Maryvette BALCOU-DEBUSSCHE

a soutenu sa thèse le 3 décembre 2015

devant le jury :

  • Dominique BERGER, Professeur des Universités, Université Claude Bernard-Lyon 1 (Directeur)
  • Maryvette BALCOU-DEBUSSCHE, Maître de Conférences, Université de La Réunion (Co-directrice de thèse)
  • Brigitte MARIN, Professeure des Universités, Université Aix-Marseille
  • Alain DECCACHE, Professeur des Universités, Université catholique de Louvain (Rapporteur)
  • André ROBERT, Professeur des Universités, Université Lumière-Lyon 2 (Rapporteur)
  • Didier JOURDAN, Professeur des Universités, Université Blaise Pascal- Clermont Ferrand 2

Résumé

Le traitement des maladies chroniques passe par plusieurs axes. L’un est technique et indispensable, issu de « l’evidence base medecine », il est biomédical et largement enseigné dans les facultés de médecine. L’autre est plus récent, moins présent dans les enseignements, et issu du « share decision making ». Ce dernier semble mieux considérer les valeurs du patient mais reste assujettie aux preuves biomédicales et investigations cliniques. L’abord du patient nécessite une interdépendance de ces deux approches et donc une part liée à l’éducation. La relation au patient se trouve modifiée par cette approche thérapeutique et impose au soignant un positionnement professionnel différent et requérant de nouvelles compétences. Il est intéressant de questionner au travers d’une étude menée dans deux milieux socio-culturels différents la possibilité d’un abord didactique des ateliers d’ETP. Cette approche, est menée dans un premier temps, par l’étude comparée des conceptions des patients et des soignants au cours de laquelle nous avons relevé des différences de conceptions non pas liées au macrocontexte mais plutôt au microcontexte et entre les soignants et les patients. Dans un deuxième temps, l’utilisation de concepts didactiques issus de la didactique des sciences, des travaux de Gérard Sensévy et de la littératie en santé va nous permettre de dégager des indicateurs et paramètres pouvant classer les différents types d’ateliers d’ETP et guider les soignants-formateurs au cours de leurs interventions éducatives.