Actualité

Outils

  • Annuaire
  • Plan d'accès
  • Contact
  • Plan du site

Soutenance de thèse : Cristelle Khoury

Soutenance de thèse : Cristelle Khoury

Cristelle Khoury a soutenu sa thèse le 9 décembre 2014 à 14h30 à la Maison des Science de l’Homme de Clermont-Ferrand (Salle des thèses)

Cristelle Khoury a soutenu sa thèse "Les entrecroisements culturels et corporels dans le processus de création chorégraphique de Myth de Sidi Larbi Cherkaoui" devant un jury composé de :

  • Mme Anne-Marie BOUTTIAUX, Anthropologue, Chef de la section d’éthnographie, Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren.
  • M. Philippe GUISGAND, Professeur des Universités, 18e section, Université Lille 3.
  • M. Michael HOUSEMAN, Directeur d’études, EPHE, 5e section, Paris.
  • Mme Géraldine RIX-LIEVRE, Maître de Conférences HDR, 74e section, Université Blaise Pascal, Clermont Université.
  • Mme Georgiana WIERRE-GORE (Directrice) Professeur des Universités, 20e section, Université Blaise Pascal, Clermont Université.

Résumé

Cette recherche porte sur une analyse anthropologique des dispositifs compositionnels mis en œuvre par Sidi Larbi Cherkaoui dans le processus de création de la pièce Myth. Elle a été menée à partir d’un terrain effectué à Anvers en Belgique d’Octobre 2006 à Juin 2007. Se basant sur une observation participante et d’un raisonnement inductif et réflexif résultant de cette immersion, elle met en évidence un des aspects les plus marquants de la démarche créatrice du chorégraphe : le faire-ensemble à partir des singularités de chacun.

L’analyse ethnographique des trois moments-clés du processus de création - les échauffements, les ateliers de recherche artistique et les ateliers de composition - permet d’identifier les dispositifs et stratégies que met en œuvre le chorégraphe ainsi que les dynamiques interactionnelles qui en émergent. Elle montre clairement que dans ce contexte, le processus de fabrication de la danse résulte de l’instauration d’un système de connexions se formant à partir du positionnement des participants au sein du groupe et l’évolution des relations entre eux. Le processus de création devient ainsi une expérience humaine signifiante et transformatrice. Il aboutit progressivement à l’invention d’un nouvel espace transculturel de références partagées.