HDR Marc Cizeron 2013

Du savoir à l’activité : la supervision active et le guidage des apprentissages en éducation physique et en sport

Marc Cizeron

Habilitation à diriger les recherches en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS)

soutenue le 8 novembre 2013 à l’Université Blaise Pascal

devant le jury

  • Chantal AMADE-ESCOT, Professeur, Sciences de l’Education, Université Toulouse II
  • Marie-Joseph BIACHE, Professeur, STAPS, Université de Clermont-Ferrand 2
  • Ghislain CARLIER, Professeur, Sciences du Sport, Université de Louvain la neuve (Belgique)
  • Marc DURAND, Professeur, Psychologie et Sciences de l’Education, Université de Genève
  • Claire MARGOLINAS, MCF-HDR, Sciences de l’Education, Université Blaise Pascal
  • Jacques SAURY, Professeur, STAPS, Université de Nantes
Résumé

La capacité qu’ont les intervenants en éducation physique et en sport de guider les élèves en train d’apprendre dans les situations qu’ils leur proposent, repose en grande partie sur les connaissances qu’ils peuvent mobiliser à cette fin en situation d’interaction. Les recherches inscrites dans le paradigme de la « pensée des enseignants » ont mis en évidence des Pedagogical Content Knowledge, c’est-à-dire un mixte de connaissance de la pédagogie et de la matière enseignée. C’est dans le prolongement de ces recherches que se situent les travaux présentés dans cette note de synthèse, car les connaissances considérées portent à la fois sur la matière enseignée et sur l’élève ou l’athlète en train d’agir dans des situations spécifiques au milieu d’intervention.

La note de synthèse est structurée dans son développement par la suite chronologique des recherches conduites selon trois problématiques successives : l’élaboration de connaissances sur la matière enseignée (la gymnastique sportive), puis l’analyse des connaissances effectives de l’intervenant en situation, puis la constitution de connaissances portant sur l’analyse de l’organisation motrice de l’élève confronté aux tâches que lui propose l’intervenant. Le point de vue d’abord de type didactique, à visée prescriptive, s’est ensuite orienté vers l’analyse compréhensive des connaissances effectivement mobilisées par les experts de l’intervention en situation. Dans ce domaine, le rôle des croyances a pu être identifié et analysé. Plus précisément, les parts respectives des croyances factuelles (processus de reconnaissance de formes et de causalités constatées) et des croyances représentationnelles (théories le plus souvent approximatives et métaphoriques des phénomènes constatés). Nourri de ces analyses, le troisième temps problématique s’est tourné vers l’élaboration de connaissances permettant aux intervenants d’analyser les conduites motrices des élèves. En référence aux caractéristiques des connaissances des intervenants experts, l’analyse de l’organisation motrice de l’élève vise à identifier et à mettre en relation deux aspects : la forme de l’habileté motrice, repérable dans des formes de corps et de mouvements corporels ; l’organisation fonctionnelle de la conduite, qui peut être approchée par interprétation. Pour ce second aspect, la méthodologie a consisté, d’une part, à construire des inférences à partir des formes observées, et, d’autre part, à considérer le point de vue subjectif de l’acteur, tout particulièrement pour documenter les catégories intentionnelles. Les études en cours ont permis de présenter dans ce document de synthèse les premiers résultats acquis pour l’enseignement de la gymnastique et du football en salle.

Mots-clés
  • Activité
  • Gestalt théorie
  • Motricité
  • Phénoménologie
  • Enseignement
  • Education physique

Pour en savoir plus sur Marc Cizeron cliquez ici