Représentation environnementales du développement durable

Les représentations sociales du développement durable seront abordées par l’entrée environnementale par les pôles biocentrées et écocentrées sur la nature et à l’inverse par le pôle le plus anthropocentrée avec les risques majeurs.

Participants ACTé

Arnaud Diemer
Didier Mulnet (associé)

Cadre théorique

La typologie des représentations de la nature fera référence à Larrère et Afeissa dans un cadre européen mais intégrera les anthropologies de la nature (Descola). Les représentations des risques partent des visions catastrophistes (Dupuy) à la société du risque (Beck) mettant en avant la vulnérabilité des sociétés et leur résilience pour privilégier maintenant la menace (Bourg) aux différentes formes de risque. L’ouverture anthropologique du risque partira de Cassano pour revenir aux formes proches de Descola.

Problématique « Quelles représentations environnementales pour quelles formations ? »

L’opération de recherche a pour objectif de mettre en évidence les principaux déterminants de ces représentations socio-environnementales dans un contexte régional et francophone pour vérifier l’universalité de la typologie des représentations de Larrère. La prise en compte de la diversité des représentations dans des contextes de formation différents (scolaires et non scolaires) conduit à des pratiques de formation diversifiées à même de faire évoluer ces représentations.

Méthodologie

L’opération de recherche sera initiée par une analyse des représentations selon les méthodologies mises en place par Abric (méthodes interrogatives et associatives pour identifier et tester la centralité des noyaux et les éléments périphériques, analyses quantitatives et qualitatives). Ces analyses seront conduites dans la perspective d’une mise en relation avec les travaux du laboratoire ADEF d’Aix-Marseille (A.Legardez) et des analyses des ilots de rationalité (Fourez) conduites par le laboratoire CIVIIC de Rouen (J.M.Lange) dans une perspective curriculaire. Les partenariats régionaux (OR2D et Plateforme 21) favoriseront la généralisation d’enquêtes et de recherches action sur ces deux entrées que sont les risques et la biodiversité.