Valider une lecture inférentielle par un recours à des documents historiques

Cette recherche conduit à préciser l’objet d’enseignement.

Participant (Laboratoire ACTé)

Pierre Sève

Présentation

La lecture littéraire comme objet d’enseignement a été définie de manière consistante à partir des dispositifs didactiques auxquels elle se prêtait et à partir des théories de la réception. Entre autres, les processus inférentiels ont été décrits à partir du schéma de l’abduction (Eco) et de l’interaction dans une inter-subjectivité instituée dans la classe (Tauveron).

Peut-on aussi la définir par contraste d’avec d’autres pratiques de la lecture ? Peut-on mettre au jour le poids des connaissances antérieures dans les processus inférentiels ?

Le projet est de tester la validation d’inférences non par des révisions de lecture induites par des débats interprétatifs, mais par la confrontation à des savoirs construits par d’autres modes de lecture. La recherche s’effectuera avec la collaboration de deux maîtres formateurs du premier degré, et, probablement, en lien avec le laboratoire CEDILIT de Grenoble.

Pour connaître les autres opérations de recherches de l’axe 1, cliquez ici.