Les déterminations de l’action enseignante : Épistémologie pratique et normes professionnelles à caractère doxique

Les déterminations de l’action enseignante : Épistémologie pratique et normes professionnelles à caractère doxique

Participants

- Laboratoire ACTé

Corinne Marlot
Ludovic Morge

- Extérieurs

Marie Toullec-Théry (Université de Nantes, CREN)

Présentation

Ces recherches concernent la compréhension de l’origine des difficultés que peuvent rencontrer certains enseignants lorsqu’ils mettent en œuvre des séquences d’enseignement et d’apprentissage que ce soit dans le cas des situations d’aide ou dans le cas de la mise en œuvre de l’investigation scientifique. Nous mettons au travail l’hypothèse selon laquelle certaines des représentations individuelles des professeurs pourraient relever essentiellement de normes professionnelles et donc, d’une dimension collective.

La notion de « norme professionnelle » a été largement abordée par les sociologues (Van Zanten, 2001 ; Tardif & Lessard, 2005) ou encore par les tenants de l’analyse de l’activité (Ria, 2004 ; Saujat, 2002), notamment au travers de la notion de dilemme que peuvent rencontrer les ensei¬gnants dans l’exercice de leur métier. Ces normes prennent corps au sein du collectif d’enseignants, à partir de l’appropriation-interprétation des prescriptions primaires ou secondaires (Daguzon & Goigoux, 2007) et participent ainsi à la définition d’un genre de métier5, Pour nous, ces normes se traduisent sous forme de règles de conduite, de manières de faire, et sont l’expression de certains principes qui font valeur.

Ces travaux se proposent de caractériser cette notion de norme professionnelle d’un point de vue didactique, c’est-à-dire en plaçant la focale d’observation sur la pratique enseignante relativement aux enjeux de savoir.

Par ailleurs, ces études nous ont permis d’élaborer une nouvelle hypothèse qui actualise les rela¬tions entre normes professionnelles et épistémologie pratique : dans la mesure où existe, dans le travail enseignant, une tension entre les représentations individuelles, forgées dans la biographie professionnelle et les représentations collectives que nous avons identifiées comme des normes professionnelles (règles de conduite liées à des principes structurants), l’épistémologie pratique serait le résultat de cette tension dialectique. Elle offrirait la possibilité à l’enseignant de faire converser normes professionnelles et éléments de sa biographie professionnelle à partir de laquelle il a construit certaines de ses représentations. Ainsi, se cristalliserait dans l’épistémologie pratique une tension dialectique, au sens d’une tension qui unit et oppose à la fois l’individu (l’enseignant) et le collectif (le corps enseignant).

Pour connaître les autres opérations de recherches de l’axe 1, cliquez ici.