Présentation axe 3

Coordonné par Fabien Coutarel (UFR STAPS) et Guillaume Serres (ESPE)

Professionnalisation et métier

La professionnalisation est entendue comme le processus de construction des compétences et des acteurs dans et par l’activité professionnelle. La figure moderne du « bon » professionnel tend à responsabiliser largement les individus de manière plus ou moins explicite quant à une plus grande efficacité de leur activité. Dans certains cas, cette individualisation des questions relatives au travail quotidien s’accompagne d’une invitation à l’initiative, à l’innovation individuelle. Dans d’autres cas, ce sont les « bonnes pratiques » qui font référence, laissant seul le professionnel devant la singularité des situations. Cette tendance générale à l’individualisation du rapport du travailleur à son activité met à mal l’existence, le recours et le développement de ressources collectives produites par le métier et/ou par les organisations.

L’axe 3 « professionnalisation et métier » interroge donc directement les dynamiques de professionnalisation à l’œuvre en situations de formation professionnelle et/ou de travail. Comment décrire ces dynamiques ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Quelles ressources sont mobilisées en situation ? Quels sont les rapports du professionnel à son activité et quelles conséquences sont observées en termes d’identité et de santé d’une part, et en termes de performance (efficacité, qualité…) d’autre part ? Quelles sont les possibilités de transformation et d’accompagnement des pratiques en fonction des différents moments d’une trajectoire professionnelle (formation initiale, entrée dans le métier, formation continue, fin de carrière…) ?

Une telle approche suppose une description des transformations des activités et des métiers. Elle intègre une analyse des effets contrastés des actions des professionnels sur leurs contextes de travail (environnements physiques, humains, organisationnels…). Ce projet nécessite également d’appréhender les dimensions collectives et organisationnelles des situations professionnelles étudiées.

Les recherches conduites pourront être qualitatives et/ou quantitatives et concerneront potentiellement des populations différentes. Elles permettront de réinterroger les relations entre activité et développement professionnel, et traversent les thématiques de la construction et de l’atteinte à la santé, de l’usure professionnelle et de la précarisation (fragilisation) des activités, des ressorts identitaires du travail et de l’expertise professionnelle…

Deux objets d’étude principaux sont identifiés :
-  le développement professionnel en formation (initiale ou continue) : quelles caractéristiques ? Quelles compétences requises/à l’œuvre en situation ? Quels dispositifs pour quels effets ?
-  les relations activité-santé-travail : quelles expériences, quels vécus et quelles identités ? Quels arbitrages, quelles redéfinitions de l’activité en situation face à quelles normes ou prescriptions ? La mise en place de démarches d’intervention et/ou de formation sera valorisée afin de favoriser un engagement sociétal des travaux conduits. La question de l’évaluation des actions et dispositifs constituera une préoccupation transversale partagée avec l’axe 4.